Derrière les coulisses : la vie d’un croupier de casino

Un croupier nous relate son expérience et parcours dans l’univers des jeux de hasard.

Cela fait maintenant 5ans que Romain participe à l'aventure Casino. Au cours de sa carrière, il a eu l'occasion d'occuper plusieurs postes en passant par Caissier MAS (Machines à Sous), Technicien (Agent responsable de l'entretient des Machines à Sous) et Contrôleur aux entrées pour arriver enfin aux Jeux de Tables (dits "Jeux Traditionnels" ou "Grand Jeux"), où il a occupé la fonction de Croupier, mais aussi occasionnellement celle de caissier Grands Jeux, avant de se voir offrir le poste de Chef de Table (chargé de contrôler l'intégrité des jeux).


« La réalité des Casinos m'est apparue petit à petit »

Comme pour beaucoup de personnes, les Casinos représentaient pour moi un monde « magique ».
Les quelques reportages ainsi que les films que l'on pouvait voir il y a une dizaine d'année, montraient les Casinos comme des endroits réservés aux « Pontes » ; des joueurs possédant une fortune assez conséquente, et jouant des sommes (très) importantes...

Lorsque j'ai eu l'occasion - à la fin de ma scolarité - de postuler au Casino de ma ville, je m'attendais à entrer dans un monde où je n'avais jamais eu l'occasion de mettre les pieds en temps que client. Une fois intégré, la réalité des Casinos m'est apparue petit à petit. Le joueur actuel diffère en tout point du « Ponte »... Si ce n'est du caractère... Aujourd'hui, le joueur « type » n'est plus un joueur qui vient « passer le temps » en dépensant des sommes folles ; la société actuelle pousse au jeu. Les jeux promettent des gains importants, et ce de manière rapide. C'est une manière comme une autre d'arrondir ses fins de mois (souvent, malheureusement, en déficit).

« La direction attend que l'on fasse du chiffre ! »

Dans les Casinos, il y a deux parties assez distinctes : les machines à sous et les jeux de table.
Cela est vrai aussi bien au niveau de la clientèle qui fréquente le Casino, qu'au niveau des équipes de travail.
La plupart des Casinotiers font en sorte que les Croupiers n'entrent que peu (voire jamais) en contact avec l'équipe des MAS.
Au niveau des tables de jeu, les employés subissent, il est vrai, pas mal de pression de la part de l'équipe dirigeante ; la direction attend que « l'on fasse du chiffre » !
La triche, de la part des employés, est totalement interdite sous peine de renvoi immédiat !
Alors, la direction incite à organiser les croupiers suivant leur « main », leur chance personnelle au jeu.
Un croupier qui a tendance à payer de très fortes sommes trop régulièrement se retrouvera souvent en pause pour la fin de la soirée.
À coté de ça, la direction précise bien qu'il ne sert à rien de  « plumer » un client ; un client déçu de sa soirée ne reviendra pas.
Alors les chefs doivent gérer les croupiers, afin que ceux-ci payent régulièrement les joueurs, mais pas trop.
Les Casinos restent une entreprise, et se doit à ce titre de générer de plus en plus de bénéfices !

« Les joueurs tentent encore et toujours de soudoyer les croupiers »

Les joueurs ne sont pas particulièrement tricheurs, mais aux jeux de type "Poker" (Hold-Em de Casino, Stud, etc), où théoriquement le jeu est personnel et individuel, il est fréquent que certains joueur connaissent les mains des 2-3 personnes assises à ses cotés. Sur les autres tables, la seule triche possible est un ajout de jetons sur une case gagnante (Roulette, Blackjack, Boule, etc), mais cela reste assez rare. Mais de la même manière qu'un croupier, si un joueur est pris en train de tricher, il est (presque) gentiment dirigé vers la sortie.

Les  « pourboires » offerts par les joueurs sont souvent de leur part une invitation à les payer.
Plus d'une fois, j'ai eu des joueurs qui me tendaient la pièce en me demandant d'influencer le jeu en leur faveur. Ce qui est paradoxal c'est qu'il est interdit aux croupiers de favoriser le jeu de quelque manière que ce soit, toutefois les joueurs tentent encore et toujours de soudoyer les croupiers, et le moindre paiement à ce joueur est alors vu par la direction comme quelque chose de volontaire.
Au delà de ça, les joueurs ne sont jamais content ; même un joueur gagnant 5 à 10 fois ce qu'il à joué (quel que soit la somme de départ) trouvera toujours moyen de se plaindre qu'un croupier ne paye pas assez à son goût.

Offrir aux employés un pourcentage sur les gains est interdit par la loi, alors certains Casinotiers ont contourné le souci en proposant des « primes ». Les primes étant offertes en fonction des résultats (positifs), le Casinotier s'assure ainsi que le jeu ne tournera pas trop à l'avantage des joueurs.
Alors que le hasard, même après des années d'expérience, ne peut pas être forcé !

« Malgré tout, le métier me plait ! »

En tant que croupier, c'était un plaisir de tester ma chance face à celle des clients.
Une soirée à la roulette où les calculs à chaque bille dépassent les 1000 pièces, les parties endiablées de Blackjack où sept joueurs tentent de faire sauter la banque, et qu'au final celle-ci fait « 21 », les parties de Stud-Poker où, à chaque tour, joueurs et banque ont une main « jouable » (pas juste un « As-Roi » contre une « paire de 4 »), des parties où chaque tour l'adrénaline du croupier monte autant que celle des joueurs ; Voilà ce que sont les Casinos !

Comme dans tout métier, les employés qui ne s'y plaisent pas sont des personne qui ne s'investissent pas. Autant un croupier ne peut pas se permettre d'influencer le jeu, autant sa présence mentale, son envie et sa motivation vont faire en sorte que, même sur un soir où le croupier n'a « pas la main », il ne va pas s'ennuyer. Les croupiers qui n'apprécient pas ce travail seront généralement ceux qui payent le plus.
Donc un conseil : quand vous allez jouer, essayez de vous trouver à la table où le croupier n'est pas motivé et vous repartirez gagnant !

Un grand merci à Romain qui a bien voulu partager son expérience avec nous !

 

 

Plus d'Articles de Casino

Guide Rapide

Ecogra Certificate