Outre-mer: bientôt un nouveau casino à la Réunion ?

La mairie de Hell-Bourg vient de se lancer dans une bataille qui fait grand-bruit : obtenir l'autorisation du Ministère de l'Intérieur pour ouvrir un casino afin de relancer l'activité sur la commune. Le dossier officiel va être déposer dans les jours qui viennent.

 

 

Une autorisation d'exploiter toujours en vigueur

De gros efforts pour transformer Hell-Bourg

Un précédent dangereux pour l'administration française ?

Les casinos : je t'aime moi non plus

 

Mais l'affaire est loin d'être gagnée car la Hell-Bourg n'est plus une station thermale depuis 1948 ! C'est à cette époque que l'ancien casino a définitivement fermé ses portes. La mairie estime cependant qu'elle peut bénéficier d'une dérogation de l’État car, selon elle, l'autorisation donnée à l'établissement de jeux des anciens thermes reste valable.Un coup de bluff ? En tout cas, Hell-Bourg compte bien rafler la mise....

 

Une autorisation d'exploiter toujours en vigueur

En France, seuls les stations balnéaires, les stations thermales et les villes touristiques de plus de 500 000 habitants peuvent être autorisées par le Ministère de l'Intérieur à exploiter un casino.Au 19ème siècle, un agrément avait été délivré à Hell-Bourg, car il s'agissait à cette époque d'une station thermale. Lorsque les sources ont été fermées suite au cyclone de 1948, la salle de jeux a naturellement mis la clé sous la porte.

Officiellement, aucun arrêté n'est venu annuler le décret permettant l'ouverture d'un établissement de jeux. La Mairie pourrait donc avoir le droit d'installer à nouveau des machines à sous, des tables de black jack ou de baccarat...

Mais il lui faut pour cela réussi à négocier une dérogation, car elle ne remplit plus les conditions initiales : elle veut désormais le casino sans les sources thermales.

De gros efforts pour transformer Hell-Bourg

Stéphane Fouasin, le maire de Salazie (Hell-Bourg appartient à sa commune), n'est pas un utopiste. S'il se démène pour rouvrir le casino, c'est parce qu'il est conscient des enjeux économiques et financiers.
Pour faire pencher la balance en sa faveur, l'élu a travaillé pour que sa ville soit classée « station verte » et elle pourrait également obtenir prochainement le label des communes touristiques délivré par les préfets. 
Le but est de pouvoir alors bénéficier d'un surclassement démographique lié à la surfréquentation saisonnière. Hell-Bourg, déjà labellisé « Plus beau village de France », recevrait alors davantage de dotations financières et obtiendrait certaines dérogations (taxe de séjour, vente de boisson, résidences de tourismes, travail le dimanche....).


Pour obtenir ce précieux sésame, il y a deux critères essentiels à respecter :

  • 1.    avoir un office du tourisme classé
  • 2.    disposer d'une certaine capacité d'hébergements touristiques (hôtels, chambres d'hôtes, ...), qui doivent être variés, et d'animations. 

La demande de classification de l'office du tourisme à déjà été déposée. 

Des casinotiers français ont d'ores-et-déjà laissé entendre qu'ils pourraient être intéressés pour investir au cirque. 

L'établissement devrait être installé, si l'issue de ce combat est positive, dans les locaux de la mairie annexe, transférée ailleurs. Reste à savoir si être labellisée « commune touristique » suffira à Hell-Bourg pour convaincre l'administration française.

Un précédent dangereux pour l'administration française ?

Il n'y a à l'heure actuelle que 7 casinos en outre-mer (au total ils sont 203 en France) et il n'y en a aucun dans l'Est La Réunion. 

Or, l’administration française a toujours, jusqu'à présent, suivi à la lettre les critères d'attribution de l'agrément pour exploiter les jeux d'argent.

Si elle accède à la requête du maire de Hell-Bourg, elle risque d'ouvrir une brèche assez dangereuse. A la place de conditions connues de tous et transparentes, il y aurait ainsi des agréments distribués « au cas par cas » à partir de critères flous.

Après Hell-Bourg, qu'est-ce qui empêcherait une commune du Nord de La Réunion de demander l'ouverture d'un casino puisqu'il n'y en a pas dans cette zone ? Ou à d'autres villes des DOM-TOM d'en faire autant ? Les municipalités de métropole, souvent confrontées à une trésorerie dans le rouge, pourraient également être tentées par la manne financière que représente l'installation d'un casino.

Les casinos : je t'aime moi non plus

Quand Stéphane Fouasin parle du (futur) casino de Hell-Bourg, il s'empresse de préciser que le « but n'est pas que les salaziens dépensent leur argent aux jeux ».  Une manière de rejeter en bloc les critiques qui soulèveraient le risque d'addiction ou d'appauvrissement de la population locale ?

Cette façon de réagir n'est pas isolée mais elle est révélatrice d'une forme d'hypocrisie assez répandue.

Même à notre époque, les casinos gardent une réputation sulfureuse, en partie véhiculée par le cinéma mais aussi par quelques jolis scandales (comme celui sur les cercles de jeux privés).
Alors pour se racheter une éthique (ou une vertu?), certains élus disent en substance : « Nous voulons des casinos car cela rapporte beaucoup d'argent grâce aux touristes , mais ce n'est pas pour les habitants de la ville ». Pourtant ce raisonnement est totalement bancal....

Être pour ou contre un casino n'est pas un problème soi, chacun est libre de son opinion.  En revanche, il est curieux de dire « c'est bon pour les touristes mais pas pour nous ». 

N'y a t-il pas là une forme de mépris pour les joueurs ? Comment peut-on souhaiter pour les autres ce que l'on estime nocif ou risqué ? Ou, contraire, considérer que la population autochtone devrait être privée d'un loisir somme toute banal pour des raisons idéologiques ? On n'imagine pas les mêmes propos dans la bouche d'un élu pour un restaurant, un spectacle ou un concert. Il ne faut pas non plus laisser croire que les habitants n'iront pas « dépenser leur argent aux jeux ».

Ceux qui aiment jouer iront, les autres non. Comme lorsqu'il y a une piscine ou une patinoire.  Il n'est pas possible en France (heureusement!) d'interdire aux habitants l'accès aux tables de jeux et aux bandits manchots. Dans les faits, lorsqu'un casino est construit dans les DOM-TOM, il n'y a d'ailleurs pas de règles particulières qui s'appliquent. Même la politique de prévention de la dépendance est identique.

A La Réunion comme ailleurs en France, les habitants de l'Île seront donc libres d'aller dépenser leur argent s'ils le souhaitent. Et c'est tant mieux : il serait un peu condescendant d'estimer qu'il y a des gens qui savent mieux gérer leur argent que d'autres....

Rate This :

CasinoTop10 France est le guide de référence absolu pour les joueurs de casino en ligne. Visitez notre site régulièrement pour y découvrir nos dernières mises à jour et consulter nos évaluations objectives des différents casinos !