Casino War

Casino War

Les habitués des casinos ont découvert depuis ce dimanche 12 mai, un nouveau de jeu de cartes dans leur établissement préféré : le Casino War, qui s’apparente à la traditionnelle bataille que l’on connaît tous.

Les habitués des casinos ont découvert depuis ce dimanche 12 mai, un nouveau de jeu de cartes dans leur établissement préféré : le Casino War, qui s’apparente à la traditionnelle bataille que l’on connaît tous.

Les casinotiers le réclamaient depuis longtemps, le gouvernement a enfin accédé à leur demande. Le décret N°2013-389 publié au Journal Officiel du 11 mai, et en vigueur dès le lendemain, « introduit la bataille parmi les jeux dits « de contrepartie » pouvant être autorisés dans les casinos. »

C’est pour compenser une réglementation perçue comme trop contraignante par les acteurs du milieu des jeux d’argent, que cette autorisation a (enfin) été accordée. Comme leurs revenus sont en recul, avec une baisse de 4% de leur PBJ (produit brut des jeux, qui représente la différence entre les mises et les gains des joueurs) sur un an, le gouvernement accumule les gestes en faveur de la profession. Ainsi, a-t-il déjà accordé récemment l’autorisation d’exploiter les machines à sous après l’heure de fermeture des tables de jeux.

Mais le lancement d’un nouveau jeu ne se fait pas au hasard ! Une expérimentation a été menée dans trois casinos pilotes pendant la période légale de six mois, pour évaluer sa popularité ainsi que les risques d’addiction qu’il pourrait entraîner. La publication de ce décret légalisant la bataille dans les casinos, au même titre que le poker, était donc attendue depuis l’été dernier.


Comment se joue le jeu de la Bataille dans les Casinos ?

Les règles ne seront guère différentes de celles d’une bataille classique, sauf que sept joueurs maximum affronteront le croupier dans une partie qui se jouera avec six jeux de 52 cartes. Le but est d’avoir une valeur de carte supérieure à celle du croupier. En cas de victoire du joueur, il remporte une fois le montant de sa mise initiale. En cas d’égalité, si le joueur abandonne face au croupier, il perd la moitié de sa mise, et s’il est vainqueur à l’issue d’une bataille (moyennant une mise supplémentaire), il remporte toute la somme présente sur la table.
Ce qui est intéressant, c’est que pour une fois, l’avantage de la maison n’est pas disproportionné !

Les amateurs de nouveaux jeux ne seront pas déçus, car six autres jeux et « nouveaux dispositifs techniques » sont actuellement à l’essai dans des casinos pilotes, pour des périodes plus longues qu’un semestre. Cette possibilité de prolongation de la période d’expérimentation fait également suite à une demande de la profession en ce sens.

N’oublions pas que l’Etat français perçoit des taxes proportionnelles aux revenus des casinos, il a donc tout intérêt à brosser les gros pourvoyeurs de rentrées d’argent dans le sens du poil et à promulguer des décrets leur permettant de sortir la tête de l’eau...

C’est sans doute aussi pour cela que, en plus des cinq autorisations d’exploitation de casinos déjà délivrées en 2012, le ministère de l’Intérieur (dont les casinos dépendent) vient d’avaliser l’ouverture de trois établissements de jeux supplémentaires sur le territoire.

Lien vers le décret :

http://www.legifrance.gouv.fr/

CasinoTop10 France est le guide de référence absolu pour les joueurs de casino en ligne. Visitez notre site régulièrement pour y découvrir nos dernières mises à jour et consulter nos évaluations objectives des différents casinos !