Loto : Un risque de suspension comme en Finlande ?

Loto : Un risque de suspension comme en Finlande ?

Vous en avez certainement entendu parler : les Finlandais ne peuvent plus suivre le tirage du loto à la télévision, car le gouvernement finlandais a fait supprimer l’émission de la chaîne publique. Le motif ? Cette télédiffusion n’est pas légale !

Vous en avez certainement entendu parler : les Finlandais ne peuvent plus suivre le tirage du loto à la télévision, car le gouvernement finlandais a fait supprimer l’émission de la chaîne publique. Le motif ? Cette télédiffusion n’est pas légale !

Stupeur chez Veikkaus, l’entreprise publique finlandaise qui gère les jeux de hasard, alors que cette émission est une institution depuis près de 42 ans !
Il semblerait que, comme la loi finlandaise stipule que la publicité et les programmes commandités sont interdits, cette émission du tirage du loto soit effectivement illégale... et ce, depuis les débuts de sa diffusion !

Et pourtant, en plus de rapporter 3 millions d’euros annuels à la chaîne de télévision, Veikkaus, entièrement contrôlée par l’état finlandais, finançait des activités sportives, culturelles, scientifiques et sociales grâce à ses importants bénéfices (plus de 500 millions d’euros par an). Il semblerait donc que l’état finlandais privilégie le respect des lois au détriment de son propre budget. Car la fin de la diffusion télévisée du tirage du loto entraîne inévitablement une baisse d’intérêt, donc une baisse du nombre de joueurs et une diminution des gains.

Un tel scénario est-il possible en France ? Les amateurs du tirage du Loto devront-ils un jour faire une croix sur leur sacro-sainte émission en direct ? Penchons-nous un peu sur l’histoire et le statut du Loto en France.


Le Loto Français est-il en Danger ?

A l’instar de la Finlande, le tirage du loto en France est également un monopole d’état. Il est détenu par la Française des Jeux (FdJ), une entreprise précédemment appelée « Loterie nationale » puis « Société de la Loterie nationale et du Loto national » (SLNLN) et « France Loto. »

Il est intéressant de voir que le Code Pénal français, selon l’article 1er de la loi du 21 mai 1836, stipule que « les loteries de toute espèce sont prohibées. » Et pourtant, dès 1933, l’article 136 de la loi de finance y fait une entorse en prévoyant les conditions d’organisation par l’Etat d’une loterie !
Notons qu’il existait dès 1927 une souscription nationale, appelée la « Dette », assortie d’une tombola, au profit d’associations regroupant des victimes de la 1ère guerre (notamment les « Gueules cassées » et les « Ailes brisées »).

Cette tombola a eu un tel succès, que l’Etat français crée le 31 mai 1933, la « Loterie Nationale » au profit des anciens combattants et des calamités agricoles... et confiera ultérieurement le monopole de l’organisation de la loterie publique et des jeux de hasard à une société économiquement et financièrement contrôlée par l’état. Les textes prévoient que « la société est placée sous la tutelle du ministère du budget qui fixe la répartition des mises en tenant compte des prélèvements institués par la loi ».


Une institution depuis 1976

Ce n’est qu’en 1975 que le Loto voit le jour sous sa forme actuelle. En effet, c’est sous l’impulsion du patron de la Loterie Nationale de l’époque, Maurice Caradet, que le Premier Ministre Jacques Chirac signera le décret 75-613 du 10 juillet 1975 détaillant « l’organisation des tirages supplémentaires de la loterie nationale. » Le premier tirage a lieu en public à Paris le 19 mai 1976.

Après une première année difficile, le tirage du loto devient un réel phénomène de société. Dès 1980, à nouveau grâce à Maurice Caradet devenu Grand Inspecteur des Finances, la production télévisée du tirage du loto est confiée au producteur et animateur de télévision Gilbert Richard. Ainsi, grâce aux progrès de l'informatique et aux tirages télévisés, le Loto devient une véritable institution... qui n’est sans doute pas près d’être interdite par l’état français compte tenu de sa politique actuelle vis-à-vis des jeux d’argent pour renflouer ses caisses...

N’oublions pas que les 196 casinos français actuels, les jeux d’argent en ligne légaux (poker et paris sportifs) et le loto rapportent beaucoup à l’état français. Actuellement plus de 29% du chiffre d’affaire du loto reviennent aux finances publiques. Et quand on sait que celui-ci se monte à 12,1 milliards d’euros pour 2012, supprimer la diffusion télévisée du très populaire tirage du loto et risquer une diminution des gains ne reviendrait-il pas à se tirer une balle dans le pied ?

 

Rate This :

CasinoTop10 France est le guide de référence absolu pour les joueurs de casino en ligne. Visitez notre site régulièrement pour y découvrir nos dernières mises à jour et consulter nos évaluations objectives des différents casinos !